Accueil

 
 
 
 Calendrier des activités

 
 
 
Actualité :ONÉ, ...
 
 
 

  Forum 2013 Mercier-Est
 

  Aménagement
 
 
  Suivi industriel
 
 
       Santé
     Transport
 
 
 
Calendrier des activités

 
 
 
Articles de journaux
 
 
 
 
 
 
 
  Suivi industriel
 
 
 
 
 
     Santé
 
 
  Transport
 
 
Calendrier des activités

 
 
 
 
 
Articles de journaux
 
 
 

Nouveauté
Montréal, le 18 février 2015 - Le Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E) déplore la décision de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) d’approuver le choix de la Ville de Montréal pour le nouvel emplacement du centre de compostage. Le CEM-E rappelle que ... suite cliquez ici ...

 
Communiqué par rapport au Centre de compostage dans l’est de Montréal

Montréal, le 19 novembre 2014 – Dans son mémoire présenté le 12 novembre devant l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), le Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E) soulève plusieurs interrogations sur le projet d’implantation d’un centre de compostage dans l’est de Montréal. Selon le CEM-E, ce projet déroge au principe d’équité territoriale, principe mis de l’avant en 2011 par l’agglomération de Montréal, appuyé par les leaders politiques de l’est de Montréal et retenu parmi les recommandations de l’OCPM dans son rapport paru en avril 2012. « Ce principe qui consiste à répartir équitablement les cinq installations de traitement des matières organiques entre les quatre secteurs de l’Île a été dénaturé en cours de route et réduit à la seule obligation de traiter les matières organiques sur le territoire de l’agglomération. L’est de Montréal se retrouve donc avec trois des cinq installations projetées» déclare Jean Lapointe, président du CEM-E.  (pour voir la suite ...)


 
Communiqué suite au départ de la présidente de Solidarité Mercier-Est.
 
Montréal , le mercredi 10 septembre 2014
Nous apprenions tout dernièrement par la presse locale que Solidarité Mercier-Est (SM-E) perd sa directrice générale Fabienne Audette.
Le Collectif tient à remercier chaleureusement Fabienne pour son implication, son engagement et son dévouement à la cause sociale et environnementale de Mercier-Est. Fabienne est une collaboratrice de confiance depuis avant la naissance du Collectif en 2004, alors que les citoyens de Mercier-Est militaient au sein du groupe Mercier-Est Quartier en santé. Le Collectif remercie Fabienne pour son soutien longanime. Au fil des ... suite
 
Centre de compostage : l’est de Montréal hérite d’une troisième installation
 
Montréal, le 10 juillet 2014 – Le Collectif en environnement  Mercier-Est (CEM-E) est profondément déçu de la décision de la Ville de Montréal d’implanter dans le secteur est de l’île le centre de compostage initialement prévu sur le site du Complexe environnemental de Saint-Michel (CESM).
«Tout en souscrivant au projet d’implantation d’usines de biométhanisation et de compostage des matières organiques sur le territoire de l’île de Montréal, nous déplorons que le principe d’équité territoriale, à savoir la répartition équitable des installations sur l’île de Montréal, soit encore une fois bafoué au détriment des résidants de l’Est qui verront s’installer sur leur territoire trois des cinq infrastructures projetées», déclare Jean Lapointe, président du CEM-E.

Photo d'un chêne rouge planté au parc de la Promenade-Bellerive

« Voici une photo d’un chêne rouge planté de façon clandestine dans le parc de la Promenade-Bellerive, en réaction à la lenteur des élus à planter des arbres dans Tétreaultville. Il s’agit d’un acte de résistance citoyenne. En raison des maladies végétales, la Ville doit couper des ormes atteints de la maladie hollandaise, des dizaines de frênes ravagés par l’agrile, en plus des pertes dues aux rigueurs de l’hiver. En 2013, le bilan de plantation d’arbres de rues dans Tétreaultville est de zéro, selon l’arrondissement. Ce jeune arbre né en 2011 à Lévis a été planté en 2012 en bordure du fleuve, à Montréal, dans le parc de la Promenade-Bellerive. En juin 2014, il semble bien implanté dans son milieu. Longue vie.»



Position du Collectif par rapport à la décision d'autoriser l'oléoduc Enbridge.

Montréal, le 10 mars 2014 – C’est avec une vive déception que le Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E) accueille la décision de l’Office national de l’énergie (ONÉ) d’approuver le projet d’inversion de l’oléoduc 9B d’Enbridge.
«Cette décision fait fi des principales inquiétudes formulées par le CEM-E - et d’autres groupes de citoyens lors des audiences publiques en octobre dernier» affirme Jean Lapointe, président du CEM-E.

Ce projet présente des risques importants pour la santé et la sécurité de la population de l’est de Montréal. En plus de traverser des zones habitées, cet oléoduc transportera d’ici peu d’années du pétrole lourd issu des sables bitumineux; le raffinage de ce type de pétrole, plus polluant, affectera la qualité de l’air et générera la production de tonnes de coke de pétrole. Faut-il rappeler que l’Est compte le plus haut taux de maladies respiratoires de l’île de Montréal. Malheureusement l’ONÉ n’a pas étudié cette question puisque son mandat excluait les impacts en amont et en aval du projet. (voir la version intégrale)

Lettre envoyée à Monsieur Yves-François Blanchet
Ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs

Objet : Oléoduc d’Enbridge et raffinage du pétrole d’Alberta

Monsieur le Ministre,

À titre de président du Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E), je désire vous faire part des
interrogations des membres du CEM-E sur l’acceptabilité environnementale du projet d’Enbridge, et je
vous demande d’intervenir pour les motifs suivants : les risques environnementaux du transport du bitume
liquéfié importé d’Alberta par l’oléoduc 9B, les risques environnementaux du raffinage de ce bitume
liquéfié ainsi que les risques environnementaux de l’un de ses sous-produits de raffinage, le coke de
pétrole.  (voir la version intégrale)


Lettre ouverte à Madame Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec et membre de la Coalition en appui au projet d’inversion de la canalisation 9
 

Madame Bertrand,

Je suis un homme de 63 ans, marié et père de deux enfants; je réside depuis ma naissance dans l’est de Montréal; de chez moi, je vois à l’horizon la silhouette des installations pétrolières et pétrochimiques.

Madame Bertrand, je me souviens de l’époque où les rejets atmosphériques des six raffineries en exploitation empoisonnaient notre air; les automobilistes qui traversaient Montréal-Est remontaient les vitres de leur voiture et se bouchaient le nez tant étaient fortes les odeurs de soufre. Puis, avec la fermeture graduelle de cinq raffineries et le resserrement de la règlementation environnementale, la qualité de l’air s’est progressivement améliorée. Malheureusement, ces progrès ont eu un prix : la suppression de centaines d’emplois liés au raffinage.

Pour relancer l’économie dans l’Est, ce que vous proposez, madame Bertrand, c’est le renforcement de sa vocation industrielle lourde, c’est l’ajout d’un chapitre à la longue histoire de pollution, de contamination et de dégradation de notre environnement. Savez-vous que, aujourd’hui encore, notre territoire continue d’être la terre d’accueil de plusieurs installations de traitement des déchets et autres industries de ce type qui hypothèquent notre milieu de vie?

Alors, madame Bertrand, vous comprendrez ma déception en lisant le compte rendu de votre allocution ainsi que celle de vos collègues lors du lancement officiel, le 29 mai dernier à Montréal-Est, de la Coalition en appui au projet d’inversion de la canalisation 9.

J’ai compris, entre les lignes de vos beaux discours, que l’est de Montréal devrait encore une fois contribuer à la prospérité économique de quelques grandes entreprises, et ce, au détriment de la santé et de la sécurité de la population.

Madame Bertrand, vous tous qui avez daigné venir dans l’Est pour prêcher la bonne parole, comment pouvez-vous occulter les risques bien réels rattachés à ce «projet porteur»? Qui parmi les membres de votre Coalition habite à proximité de l’oléoduc? Qui de vous sera touché directement par un déversement de ce pétrole issu des sables bitumineux? Qui sera affecté par une contamination de l’eau potable? Les rejets atmosphériques des contaminants produits par le raffinage de ce pétrole polluant, allez-vous les inhaler? Vos enfants ou vos petits-enfants souffriront-ils d’asthme, comme un trop grand nombre d’enfants sur notre territoire?

Et les changements climatiques, et l’augmentation des gaz à effet de serre auxquels ce projet contribuera, vous en souciez-vous, vous qui parlez de développement durable?

Pour conclure, madame Bertrand, je rêve du jour où l’est de Montréal pourra prospérer économiquement et socialement sans devoir brader son territoire pour quelques dollars de plus.
 
Réal Bergeron

Mot de présentation de la conférence sur le projet Enbridge qui a eu lieu à Montréal le 6 février 2013.

 
Mot de la présidence.

Bonsoir à tous,

Je me nomme Jean Lapointe. J'ai le plaisir de vous accueillir à titre de président du Collectif en environnement Mercier-Est, qui est coorganisateur de l’événement de ce soir. Permettez-moi de vous présenter brièvement le Collectif en environnement Mercier-Est. Créé en 2004, le Collectif existait déjà depuis plusieurs années sous le nom de Comité environnement-aménagement de Mercier-Est quartier en santé. Le Collectif est un organisme sans but lucratif de citoyens intéressés à améliorer la qualité de vie de leur quartier et de la communauté montréalaise en général. Nos actions portent principalement sur les questions qui touchent l'environnement et l'aménagement, comme les transports, le bruit, la qualité de l'air, les espaces verts,  la santé des arbres, etc. C'est dans cet optique de protection de l'environnement que nous nous sommes intéressés au projet Enbridge et avons approché Équiterre afin de connaître son point de vue sur l'inversion du flux d'un oléoduc existant qui traverse nos quartiers. Il nous apparaît important pour nous, citoyens,  d'avoir le plus d'informations pertinentes possible sur ce projet pour nous faire une opinion éclairée. Nous espérons donc que la rencontre de ce soir contribuera à atteindre cet objectif.

En fin de conférence, nous serons heureux de rencontrer les citoyens qui veulent plus d'information sur nos actions ou qui souhaiteraient se joindre à nous. Vous pouvez également en savoir plus sur nous en visitant notre site internet www.collectifeme.ca index.php. (suite du texte...)

 

Depuis le début de l'année, trois ormes ont été coupés par les services municipaux de l'arrondissement en raison de la maladie hollandaise de l'orme présente sur le territoire de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM).

Article publié dans le Flambeau par Steve Caron le 4 octobre 2012.
 
La maladie hollandaise de l'orme a fait trois victimes depuis le début de l'année. Des arbres matures ont dû être abattus et d'autres pourraient subir le même sort, au cours des prochaines semaines.
 
Depuis le début de l'année, trois ormes ont été coupés par les services municipaux de l'arrondissement en raison de la maladie hollandaise de l'orme présente sur le territoire de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM).

Au cours des prochaines semaines, des opérations similaires pourraient avoir lieu. Le nombre d'ormes abattus pourrait ainsi grimper à huit.

Jean Lapointe, résident du quartier, craint une propagation de la maladie. La situation le préoccupe. Il se questionne sur la volonté de l'arrondissement à combattre la maladie.

Le citoyen a effectué plusieurs signalements auprès des services municipaux. Certains datent de quelques mois déjà. Le temps passe et les arbres malades continuent de côtoyer ceux qui sont en bonne santé. Selon lui, les cas se multiplient.

« Depuis mes plaintes, en juillet et août, j'ai aperçu de nouvelles victimes. Des arbres en santé ne le sont plus à peine trois mois plus tard. En n'agissant pas plus rapidement, notre patrimoine arboricole est en train de se décimer », estime-t-il.

Certains arbres ont été identifiés pour abattage depuis le mois de juillet et ils n'ont toujours pas été coupés. Il aimerait que l'arrondissement agisse plus promptement et avec célérité pour ralentir la progression de la maladie.  (suite du texte...)





Matières organiques: pour une véritable équité territoriale et sociale

Le Collectif a déposé un mémoire à l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur le projet d'implantation de cinq centres de traitement des matières organiques sur l'île de Montréal (cliquez ici).  Lors d'une entrevue radiophonique à la station CIBL, Raymond Moquin a expliqué la position du Collectif dans ce dossier (cliquez ici).  En réaction à la sortie publique du rapport de l'OCPM, le Collectif a émis un communiqué faisant état de son insatisfaction face aux recommandations des commissaires (cliquez ici).


Aménagement du quartier grâce à un plan d'urbanisme vert

 

Un plan devrait-être disponible au mois de mai (Aménagement).  De plus un  promoteur a soumis un  projet de 56 logements sur Sherbrooke entre les rues Desmarteau et Paul-Pau.  Le projet semble causé de multiple problème dont ceux du stationnement.  Ce n'est qu'un exemple qui montre qu'un plan doit-être repenser périodiquement.  Il faut noter que le plan d'urbanisme de la ville date de 2004. Un mémoire avait été fait à l'époque (cliquez ici).


Transport en commun dans Mercier-Est

En particulier, un meilleur service sur la rue Notre-Dame devrait-être une priorité. Les citoyens riverains de Notre-Dame doivent marcher pour prendre le service en commun car peu d'autobus circule sur la rue Notre-Dame.  La voie ferrée longeant Souligny pourrait contribuer à une amélioration du transport des usagers de l'est ... 


Camions et rue Sherbrooke

Depuis que le camionage de nuit est interdit sur la rue Notre-Dame, les camions circulent maintenant nuit et jour sur la rue Sherbrooke.  Plusieurs riverains se plaignent du bruit et de la pollution.  Le Collectif appuient les citoyens dans leur démarche auprès des autorités responsables.


Les Administrateurs du Collectif en environnement de Mercier-Est

 Jean Lapointe, Réal Bergeron, Martine Piché, Marc Lessard et Henri Proulx sont les administrateurs du Collectif. Pour en savoir plus cliquez ici.
 
Site Web fabriqué avec l'outil de création de site web rvSitebuilder | Hébergement de site Web par DesMondes.com